RUNED_Ban_1_.jpg

Programme > Par intervenant > Lavielle-Gutnik Nathalie

Jeudi 22
Atelier de communication
Julie Denouël, Université Lyon 2
› 9:15 - 9:40 (25min)
› Salle Buisson 1
Le numérique, catalyseur des tensions identitaires de l'enseignant-chercheur ?
Nathalie Lavielle-Gutnik  1@  , Marie Chagnoux  2@  
1 : Laboratoire interuniversitaire des sciences de l'éducation et de la communication  (LISEC)  -  Site web
Université de Haute Alsace - Mulhouse, université de Strasbourg, Université Nancy II : EA2310
2 : Centre de Recherche sur les Médiations  (Crem)  -  Site web
Université de Lorraine : EA3476

En questionnant les modèles de coopération associés aux usages du numérique (Baudrit, 2007 ; Flichy, 2004) et en s'appuyant sur les théories sociologiques de l'identité et du don (Caillé, 2000 ; Dubar, 1991 ; Mauss, 1923), cette contribution se propose d'identifier les tensions identitaires vécues et décrites par les enseignants-chercheurs, ainsi que les stratégies parfois mises en œuvre pour les dépasser.

Cette communication fait suite à une recherche conduite entre 2012 et 2016 sur les savoirs universitaires, la médiatisation technologique et les pratiques d'enseignants-chercheurs en sciences humaines et sociales de 4 universités de l'Université Numérique Interrégionale de l'Est (UNIRE). Cette recherche, réalisée avec le soutien de la Maison des Sciences de l'Homme Lorraine, a été conduite par 12 chercheurs dans une perspective interdisciplinaire (sciences de l'éducation, science de l'information et de la communication et sciences du langage). Visant une forme « épistémologique de la pratique » (Albéro, 2014 ; Fréga, 2006), la démarche qualitative et compréhensive a, notamment, conduit à l'analyse lexicale et de contenu de 60 entretiens semi-directifs. De l'analyse de ces entretiens, nous proposons de souligner et mettre en perspective, trois résultats qui se répondent.

D'une part, les usages du numérique dans les pratiques pédagogiques constituent un révélateur des tensions identitaires des enseignants chercheurs : tensions entre leurs identités de chercheurs et d'enseignants, identité de citoyens, identité de sujets sociaux engagés dans les transformations sociétales et socioéconomiques contemporaines. Les choix de modalités et de ressources numériques, dans un contexte d'injonction à recourir aux outils, conduisent les enseignants-chercheurs à interroger les fondements de leurs pratiques pédagogiques et, plus spécifiquement, ce qui guide leurs choix.

D'autre part, l'analyse des discours relatifs à ces usages permet d'inférer trois types de tentatives de coopération dans l'utilisation des espaces numériques : des coopérations empêchées avec l'institution universitaire (c'est-à-dire des difficultés à s'appuyer sur une organisation interne peu en phase avec les préoccupations des enseignants), des coopérations « sous réserve » avec les pairs (c'est-à-dire des doutes quant ce qu'il est possible pédagogiquement de réaliser avec les collègues), et des coopérations « entre espoirs et désillusions » avec les apprenants (c'est-à-dire la conviction d'une participation active et volontaire des apprenants).

Enfin, cette étude permet de montrer que dans le développement des pratiques de coopération en ligne, que ce soit dans le cadre de production ou d'échanges, notamment avec les apprenants, les enseignants-chercheurs s'appuient sur des logiques de don (Caillé, 2000 ; Mauss, 1923) et don de soi qui ne se limitent pas à l'obligation de collaboration mais qui leur permet d'éprouver le « sentiment d'exister » et de retrouver le moyen d'exercer leur liberté, quasi ontologiquement liée à leur métier. C'est dans cette démarche qu'ils parviennent à dépasser les tensions identitaires vécues et à re-donner du sens à leurs investissements pédagogiques au service des apprenants.

En conclusion, nous proposons de montrer que les usages du numérique peut constituer, à condition de soutien institutionnel des initiatives individuelles et/ou collectives, une opportunité de transformation des pratiques pédagogiques et de reconnaissance des activités pédagogiques des enseignants-chercheurs.

Albero, B. (2014). « La pédagogie à l'université entre numérisation et massification. Apports et risques d'une mutation », in G. Lameul, C. Loisy (dir.), La pédagogie universitaire à l'heure du numérique : questionnements et éclairages de la recherche. Bruxelles, De Boeck, p. 27‑53. 

Baudrit, A. (2007). L'apprentissage collaboratif, De Boeck Supérieur.

Caillé, A. (2000). Anthropologie du don. Le tiers paradigme, Paris: Desclée de Brouwer.

Dubar, C. (1991). La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris: Armand Colin.

Flichy, P. (2004). « L'individualisme connecté entre la technique numérique et la société », Réseaux, 124, 17‑51.

Frega, R. (2006). Pensée, expérience, pratique : essai sur la théorie du jugement de John Dewey, Paris: L'Harmattan.

Mauss, M. (2007). Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques, Paris: PUF (1923‑1924).


Personnes connectées : 1